Message du Président du Conseil d’Administration de la Maison de la Presse A l’occasion du 3 Mai 2022(Journée Internationale de la Liberté de Presse)

Le président du Conseil d’Administration de la Maison de la Presse M. Ibrahim Harouna a rendu publique une déclaration ce mardi 3 mai à l’occasion de la célébration de la journée internationale de la liberté de la presse. Les acquis de la liberté de la presse au Niger ; la récente modification de la loi N°2019-33 du 03 juillet 2019, portant répression de la cybercriminalité au Niger; le rang du Niger (59e sur 180 pays) dans le classement Rsf sur la liberté de la presse dans le monde ; la convention collective des médias, le fonds d’aide à la presse constituent les principales articulations de la déclaration du patron de la faîtière des médias nigériens.

  • Mesdames et Messieurs, les membres des organisations socioprofessionnelles des médias ;
  • Chères consœurs ;
  • Chers confrères ;
  • Mesdames et messieurs
    Ce jour lundi 3 Mai 2022, le Niger, à l’instar de la communauté internationale, célèbre la Journée mondiale de la Liberté de Presse, proclamée en 1993 par l’Assemblée générale des Nations Unies.
    Placée sous le thème : « Le journalisme sous l’emprise du numérique », l’édition 2022 de la Journée mondiale de la Liberté de Presse aborde cette année la question de l’impact de l’ère numérique sur la liberté d’expression, la sécurité des journalistes, l’accès à l’information et la vie privée.
  • Mesdames et messieurs
    Permettez-moi de rappeler que la Journée mondiale de la Liberté de Presse sert d’abord à rappeler aux gouvernements la nécessité de respecter leurs engagements en faveur de la Liberté de Presse. Elle est également une Journée de réflexion pour les professionnels des médias afin de débattre des questions relatives à la Liberté de Presse ainsi que de l’Ethique professionnelle.
    Tout aussi importante, la Journée mondiale de la Liberté de Presse se veut une journée de soutien aux médias et de commémoration pour les journalistes qui ont perdu la vie dans la poursuite d’une histoire.
  • Mesdames et messieurs
    Tous les ans, la Journée mondiale de la Liberté de Presse permet de célébrer les principes fondamentaux de la Liberté de Presse, d’évaluer l’état de la Liberté de Presse à travers le monde, de défendre l’indépendance des médias et de rendre hommage aux journalistes qui ont perdu la vie dans l’exercice de la profession. Ce fut également une réponse à l’appel de journalistes africains qui, en 1991, proclamaient la Déclaration de Windhoek sur le pluralisme et l’indépendance des médias.
    Notre Journée permet aussi d’informer les citoyens sur les atteintes multiples et multiformes portées à la Liberté de la Presse. En effet, ils sont nombreux, les pays dans lesquels des publications sont censurées, condamnées, suspendues ou tout simplement interdites du droit de paraître. Au même moment, des nombreux journalistes, des rédacteurs en chef et des éditeurs sont harcelés, attaqués sur leurs lieux de travail, en ville ou dans propres maisons, d’autres détenus et les moins chanceux sont tués.
    Au regard de toutes ces atteintes dont font l’objet les professionnels des médias à travers le monde, la Journée mondiale de la Liberté de Presse nous donne ainsi l’occasion de les encourager davantage dans l’exercice de la profession et de les inciter à développer des initiatives en faveur de la Liberté de Presse.
  • Mesdames et messieurs
    L’édition 2022 de la Journée mondiale de la Liberté de Presse intervient dans un contexte sécuritaire très difficile pour notre sous-région et pour notre pays en particulier. Cette situation a servi de prétexte dans certains pays pour une remise en cause de l’ordre constitutionnel normal.
    C’est le lieu de féliciter et encourager les médias nigériens, qu’ils soient de l’audiovisuel, de la presse écrite ou électronique, pour leur pleine implication dans la couverture des évènements liés aux questions sécuritaires avec responsabilité et professionnalisme.
    Grace à votre engagement et au professionnalisme dont vous avez fait montre, le Niger est en train d’enregistrer d’importants progrès dans la lutte contre le terrorisme.
  • Chères consœurs
  • Chers confrères
    A travers le thème de la présente édition, la Journée mondiale de la Liberté de Presse témoigne ici de l’impérieuse nécessité de défendre l’information comme étant un bien public. Au-delà, il s’agit d’explorer aussi ce qui peut être fait dans la production, la distribution et la réception de contenus médiatiques pour renforcer le journalisme et faire progresser la transparence et l’autonomisation en ne laissant personne de côté.
    L’édition 2022 de la Journée mondiale de la Liberté de Presse mettra également en évidence trois (3) impératifs pour cet écosystème. Il s’agit :
    • Des mesures pour assurer la viabilité économique des médias d’information ;
    • Des mécanismes pour assurer la transparence des sociétés Internet ;
    • Le renforcement de l’éducation aux médias et à l’information ; ce qui permettra au public de reconnaître et de valoriser le journalisme en tant qu’élément essentiel de l’information, elle-même considérée comme un bien public.
  • Mesdames et messieurs
    Dans le classement 2021 de Reporters Sans Frontière (RSF), le Niger a perdu 2 points, passant de la 57ème place dans le classement 2020 à la 59ème place en 2021, sur un total de 180 pays étudiés. Un recul qui nous interpelle tous (pouvoirs publics, organisations socioprofessionnelles de médias et les journalistes eux-mêmes) à plus d’engagement dans la défense et la promotion de la liberté de presse et d’expression au Niger.
    En dépit de ce rang, Reporters Sans Frontière se félicite tout de même qu’« aucun journaliste, aucun journaliste citoyen et aucun collaborateur n’ait été tué au Niger », contrairement à ce qui se passe sous d’autres cieux.
    Pour RSF, cela constitue une avancée importante pour le Niger en matière de protection de journaliste dans l’exercice de sa profession. C’est le lieu pour la Maison de la presse de se féliciter encore de l’adoption par le Gouvernement en Conseil des ministres du 27 avril 2022, du projet de Loi modifiant et complétant la Loi N°2019-33 du 03 juillet 2019, portant répression de la cybercriminalité au Niger pour mettre en harmonie les dispositions de cette Loi avec celles de l’ordonnance 2010-035 du 4 Juin 2010 portant régime de la liberté de presse par la suppression de la peine d’emprisonnement encourue en cas de délits commis par un moyen de communication électronique, notamment l’injure ou la diffamation.
    En attendant l’adoption par l’Assemblée nationale du projet de Loi sus indiqué, le Bureau du Conseil d’Administration de la Maison de la presse tient à féliciter vivement le Président de la République et le Gouvernement pour cette décision juste, démontrant leur engagement en faveur de la liberté de la presse et d’expression.
  • Mesdames et messieurs
    En lien toujours avec ce rang qu’occupe le Niger, le Bureau du Conseil d’Administration de la Maison de la Presse s’inquiète des oscillations de notre pays dans les différents classements RSF, ce qui dénote d’une certaine fragilité en matière de liberté de presse.
    Les multiples actions menées par la Maison de la presse dans le cadre des formations destinées aux journalistes et des actions de sensibilisation en continue doivent être soutenues par les plus hautes autorités du pays avec un engagement clair en faveur de la liberté de presse et d’expression.
    L’occasion pour nous de réitérer une fois de plus, nos remerciements aux partenaires techniques et financiers qui nous accompagnent dans la mise en œuvre de notre plan d’actions, axé principalement sur la promotion de la liberté de presse et la sauvegarde des acquis en la matière.
    Mesdames et Messieurs,
    La situation économique très difficile que vivent les médias nigériens par manque d’avancée sur la question d’accès à la publicité de l’Etat et de ses démembrements doit faire l’objet d’une préoccupation accrue de la part des autorités nigériennes, surtout avec la signature intervenue le 29 novembre 2022, de la Convention collective.
    C’est le lieu de féliciter toutes les parties prenantes à cette convention et d’appeler une fois de plus, ceux qui ne l’ont pas signé, à rejoindre le processus pour permettre la mise en place de véritables entreprises de presse au Niger.
    A ce niveau, le Bureau Conseil d’Administration de la Maison de la Presse réitère son appel pressant au gouvernement :
  • De rehausser significativement l’enveloppe destinée au fonds d’aide à la presse.
  • D’adopter des tarifs préférentiels sur l’électricité, le téléphone, l’internet, le carburant au profit des médias
    Au Conseil supérieur de la communication (CSC) :
  • De revenir sur la formule d’octroi direct du fonds d’aide à la presse par la révision de la loi n°2018-31 du 16 mai 2018 portant composition, attributions, organisation et fonctionnement du Conseil Supérieur de la Communication, notamment en son article 10,
  • D’accélérer le processus de mise en œuvre du décret portant accès au marché publicitaire de l’Etat et de ses démembrements
  • De prospecter d’autres sources de financement du fonds d’aide à la presse
    Enfin, le Bureau du Conseil d’administration de la Maison de la presse tient à remercier l’ensemble des acteurs qui ont rendu un grand service à la liberté de la presse dans notre pays. Parmi eux, certains nous ont déjà quittés. Que leurs âmes reposent en paix. Amine
    Vive le Niger
    Vive la liberté de la presse
    Vive les médias nigériens

Bug mondial pour Facebook et plusieurs de ses applications, dont WhatsApp et Instagram

Agence Ecofin

Des millions de personnes ont été privées de la possibilité d’accéder aux applications de Facebook. Son porte-parole assure que tout est mis en œuvre pour résoudre le problème.

Facebook et ses applications, Messenger, WhatsApp et Instagram, font face à un bug mondial depuis environ 15h45 min temps universel, ce lundi 04 octobre 2021. Des millions d’utilisateurs, de Genève à Paris, mais aussi en Afrique se sont trouvés dans l’impossibilité d’accéder à leurs pages. Les différents navigateurs indiquent que le site Facebook est inaccessible. Ironie du sort, c’est sur son compte Twitter, qu’Andy Stone, un porte-parole de Facebook, a tenté de rassurer ses utilisateurs. « Nous sommes conscients que certaines personnes ont des difficultés à accéder à nos applications et produits. Nous nous efforçons de rétablir la situation aussi rapidement que possible et nous vous prions de nous excuser pour ce désagrément », a-t-il annoncé dans son post. Au-delà d’être des outils de connexion sociale, Facebook et ses applications Messenger, Instagram et WhatsApp, qui regroupent 2,8 milliards d’utilisateurs (2020), sont utilisés pour diverses raisons qui vont des simples relations humaines à des activités de business sur lesquelles comptent de nombreuses personnes, y compris en Afrique. Ce n’est pas la première fois qu’une telle situation survient. Le 19 mars 2021 dernier, Facebook avait déjà dû s’excuser auprès de ses utilisateurs. La valeur en bourse du groupe de réseaux sociaux était en chute de 5,5 % à 19 heures (temps universel), sans qu’on ne puisse savoir si le bug en est la cause. Facebook est l’une des valeurs les plus fortes des places boursières américaines, avec une valorisation de 961 milliards $, que se partagent quelque 3958 investisseurs institutionnels et individuels.

Le Syndicat des Pharmaciens du Niger SYNPHANI célèbre la journée mondiale du pharmacien

©Les échos du Niger

Par Ismaël Bagoudou

C’était en présence du Secrétaire General adjoint du Ministère de la Santé Publique de la population et des affaires sociales, de la représentante résidente de l’OMS, de la vice-présidente du conseil National de l’Ordre des pharmaciens du Niger, des représentants des institutions de l’État, des représentants des corps diplomatiques, les repentants du corps enseignant de la faculté de médecine à l’UAM, des centrales pharmaceutiques des pharmaciens et plusieurs invités que le Syndicat des Pharmaciens du Niger (SYNPHANI) a célébré de la journée mondiale du pharmacien ce samedi 25 septembre 2021 à l’hôtel Radisson Blu Niger. Le thème retenu cette année est « Santé des populations : quels enjeux pour le Pharmacien ».

Dr Soumana Souna Soufiane président du SYNPHANI

« Cette journée dédiée au pharmacien, mettant en valeur l’apport de celui-ci dans le système de santé, constitue une occasion pour nous de promouvoir davantage le rôle et les missions du pharmacien auprès des populations dans notre pays » a indiqué le président du SYNPHANI Dr Soumana Souna Soufiane Ce dernier a fait savoir que « la profession pharmaceutique fait face à des défis majeurs au Niger. Il s’agit d’une part la pandémie de Covid-19 qui perturbe l’approvisionnement des officines pharmaceutiques rappelant la nécessité pour notre pays de placer la souveraineté pharmaceutique au cœur des priorités et d’autre part la Prolifération du marché illicite des médicaments et des produits QIF par insuffisance des ressources et la non application des textes en vigueur ».

Sabo Hassan Adamou SGA MSP/P/AS

« Depuis de nombreuses années, les pharmaciens figurent régulièrement parmi les professionnels de la santé les plus dignes de confiance. Les éducateurs, les scientifiques y figurent également….C’est qui est important c’est de garder à l’esprit que la confiance du public dans la pharmacie est importante que jamais. Pour cela, nous devons ensemble relever les nombreux défis auxquels nous faisons face avec professionnalisme, respect de la déontologie et de la législation en vigueur. Aussi nous nous devons de redorer l’image du pharmacien par plus d’engagements dans le domaine de la santé publique et la garantie d’un usage sécuritaire des produits de santé par les populations » a souligné M. Sabo Hassan Adamou Secrétaire General adjoint du Ministère de la Santé Publique de la population et des affaires sociales ayant présidé la cérémonie de lancement de la journée. La célébration de cette journée a été marquée par la présence de la représentante résidente de l’OMS au Niger Dr Anya Blanche.

Dr Blanche Anya représentante résidente OMS

«Pour l’OMS la pharmacie fait partie des domaines importants du système de santé qui doit rester viable au service de la santé Publique donc de l’intérêt général » a fait savoir Dr Blanche Anya.

L’organisation faîtière des pharmaciens qu’est le Conseil de l’Ordre des Pharmaciens du Niger (CNOP) a été représentée par Amsatougana Galy vice-présidente du CNOP qui n’a pas manqué d’étayer les prouesses réalisées par leur structure dans le cadre de la lutte contre la prolifération des médicaments de qualité inférieure ou falsifiés un an après son installation. Cette activité intervient dans le contexte de la crise sanitaire qui prévaut actuellement dans le monde entier. Au cours de la journée. Quatre panels ont été animés pour favoriser les échanges entre tous les acteurs du domaine notamment sur l’approvisionnement et ses contingences dans un contexte de crise sanitaire : cas du covid-19 animé par Dr Aouami Souleymane. Le second thème la pharmacie d’officine : les défis actuels et les perspectives d’avenir : défis structurels organisationnels et cognitifs qui a été animé Dr Abdou Souley Amadou.

Le troisième thème bases pratique de la méthodologie de recherche documentaire aminé par Dr Daouda Alhousseini et enfin phénotype de résistance des bactéries isolées à Walio Labo vis-à-vis des antibiotiques animé par Mounkeila Mousa. Notons qu’au cours de cette journée les pharmaciens ont échangé sur la facture certifiée de la DGI. Ces derniers ont soulevé plusieurs difficultés avec cette réforme qui selon eux entravent le bon fonctionnement des officines pharmaceutique.