42e Edition du Sabre national : Dosso prépare son écurie

(Échos du Niger 15 novembre)En perspective  de la 42 Edition du Sabre National qui débutera le 23 décembre  prochain à Diffa, la région de Dosso championne  en titre est à pied  d’œuvre  pour la sélection  de son écurie. Des combats éliminatoires ont débuté à cet effet dans les différents départements de la région depuis le 5 novembre. A Gaya, le coup d’envoi a été donné le 9 novembre à Tanda  pour la sélection départementale qui met en compétions 6 communes. A  l’issue des combats,  11 lutteurs et 5 réservistes seront retenus pour la sélection régionale.

Les jeunes lutteurs sélectionnés à Gaya n’ont qu’une seule ambition, c’est de remporter le sabre national. Pour ce faire, les responsables locaux en charge de la lutte traditionnelle ont attiré l’attention des compétiteurs à privilégier « des combats simples et nette sans trucage ».

La phase régionale est prévue la semaine prochaine à Dogondoutchi. A cette étape également 11 lutteurs seront retenus pour représenter la région de Dosso le 23 décembre prochain au sabre national à Diffa.

Fahdel Alou

Rencontre régionale de l’Association du Club des Jeunes Musulmans du Niger ACJMN

(Echos du Niger 16 sept) Du 24 au 26 aout s’est tenue à Niamey la rencontre annuelle Islamique de l’Association du Club des Jeunes Musulmans du Niger. L’activité consiste à renforcer la fraternité entre les musulmans différentes régions, d’évaluer les activités de l’association ainsi que des nouvelles perspectives. Au cours de cette 26 ème édition plusieurs points ont été abordés notamment la dépravation des mœurs, l’apprentissage de la lecture du coran en une séance, la cohésion sociale. Au cours de 3jours des activités don de sang ont été organisées à Niamey, et le don des vêtements et plantation d’arbre dans la région de Tillabéri

Ismael Bagoudou

Billet d’humeur: Hama Dabgué par Saidou Djibril

! Triste ! C’était pourtant un grand artiste, l’un des meilleurs de sa génération, qui a marqué les années 80 de sa mélodie et qui a « célébré » plusieurs mécènes et grands hommes contemporains: Alhadji Congo « Bakin Batoure », Tchana Aoula Koira, Waziri Adji, Hamidou Dourfaye, Mounkaila Sakoira, Ide Goubakoye et plusieurs autres dont des tailleurs, des chauffeurs, des restauratrices, des conducteurs de taxi etc. Dabgue était un artiste! Hama Dabgue s’identifiait à Shata, il se flatte d’être le « Shata Nizer », et sait chanter avec dextérité autant en Haussa qu’en Zarma, sa langue maternelle. Fils d’érudit musulman, il n’usurpe pas, quand il se fait appeller  » Hama Dan Malam ». Son père était des premiers compagnons de Cheikh Aboubacar Hassimi Kiota. Ses frères sont parmi les talibés les plus reguliers dans la sainte Cité. Rien ne le prédestinait à la chanson, tout est tracé pour faire de cet ex-Talibé, un « Alfa », un « Malam », un maître du Coran. Mais c’est Allah qui choisit… Les vicissitudes de la vie ont eu raison de sa belle voix et de sa svelte et joviale carrure, lui « l’enfant chouchou » à la voix ornée . Sexagénaire , groggy par les aléas de la vie, il était physiquement chancellant, vivant presque au jour le jour… Il s’en va, à …seulement un peu plus de 60 piges! Avant lui, plusieurs autres virtuoses sont parties, ensevelies dans l’oubli et l’anonymat : Abdou Katche Katche, Boube Diallo,Jhonny Maiga, Rogozo, David Guezband,et bien d’autres…Sûrement que d’autres gloires artistiques sont soit dans la misère, soit grabataires, en attendant la faucheuse dans…l’anonymat ! Et l’oubli « cynique » de la République et des…médias.

Djibril Saidou

Education et culture : ‘’American Corner’’, le Centre américain de Maradi à nouveau opérationnel

(Echos du Niger 26 août) Après un moment de répit dû aux travaux de réfection, le centre culturel américain de Maradi a rouvert le mardi 23 août 2022. C’était à travers une cérémonie solennelle en présence du Directeur de la Diplomatie Publique de l’ambassade des Etats-Unis au Niger, Stephen E. Dreikorn et du Gouverneur de la Région de Maradi, Chaibou Aboubacar. Un moment de plaisir et d’intenses émotions en raison des multiples services qu’offre ce Centre à la jeunesse de Maradi. A titre illustratif, « Depuis son ouverture en 2005, ‘’American Corner’’ de Maradi a accueilli une variété de programmes éducatifs et culturels chaque année. Il abrite également une large sélection d’outils d’apprentissage de l’anglais, une bibliothèque et un espace multimédia avec des ordinateurs connectés à l’internet » a déclaré Stephen E. Dreikorn heureux de prendre part à cette renaissance. A l’en croire ce centre répond à la politique d’intervention des USA dans les régions nigérienne qui repose sur l’approche Américaine 4D (Diplomatie, Développement, Démocratie et Défense), fruit du dynamisme de la coopération Niger-USA. Une approche est renforcée par l’engagement des USA pour la promotion des projets d’Education, Emploi, Entreprenariat et les Echanges (4E). Gouverneur de la région de Maradi, Chaibou Aboubacar a redit l’utilité du Centre américain dans la formation de la jeunesse et de l’intelligentsia de la région. « C’est vraiment beau, c’est bien et cela nous permet de renforcer notre culture avec tous ces livres, les ordinateurs et la connexion internet » a-t-il témoigné. Il faut noter qu’en plus de Maradi, ce centre a été érigé également à Agadez et Zinder. Niamey n’est pas du reste avec un son Centre culturel Américain en mutation pour devenir American Corner avec des cours d’anglais aux populations. Durant la cérémonie, une nouvelle convention entre l’Ambassade des Etats-Unis et la Maison des Jeunes et de la Culture de Maradi a été également signée.

Oslo C. WANOU

Le Réseau des Journalistes pour la Promotion de la Paix et la Culture Islamique appelle à la paix et l’unité

(Les Echos du Niger 13 juillet)Le Réseau des Journalistes pour la Promotion de la paix et de la culture Islamique RJPCI dans sa tradition de promouvoir la paix et la culture Islamique, une fois de plus a organisé un grand prêche ce jeudi 7 juillet 2022 au siège du SNAD placé sous le thème « la paix la cohésion sociale, l’unité, et la sécurité, les bienfaisances du jeune de Arafat ».Ce grand rendez-vous vise à contribuer au renforcement de la coexistence pacifique des Nigériens à travers la promotion d’un esprit de solidarité, de la cohésion sociale, de la paix, et de l’unité, visant à amener la population à un développement et à la sérénité, ainsi accompagner l’Etat dans ses multiples actions pour la sécurisation et le bien-être de la population Nigérienne.Cette 3eme édition est placé sous le haut patronage du président de l’Assemblée Nationale du Niger l’honorable Seyni Oumarou« L’Assemblée Nationale est sensible à toutes les préoccupations relatives à la paix à la cohésion sociale, à l’unité nationale et de la sécurisation des personnes et de bien. Dans tous les discours qu’il a prononcé à l’ouverture et à la clôture des sessions parlementaires son excellence Seyni Oumarou n’a cessé d’exhorter les députés à sensibiliser leurs bases sur la nécessité de cultiver les valeurs de la paix, de cohésion sociale et à l’unité nationale si chère aux autorités nationale au premier rang duquel le président de la République Bazoum Mohamed », a indiqué Zakara Karidjo 3ème vice président de l’AN qui représenté le président de l’institution à ce grand prêche organisé par RJPCI. Ce prêche a également enregistré la participation du secrétaire général de la commune 3 de Niamey. Au cours des différentes communications, les éminents prédicateurs ont intervenu sur plusieurs thèmes pour édifier la population en lien avec la paix et la coexistence pacifique en Islam.

Moustapha Mamane Saley(Stagiaire)

Corvées domestiques en période de Ramadan, ce qu’en pense Mme Goge Maimouna Gazibo

Jeune fille, toi qui me lis apprends à cuisiner ….
Ce matin comme beaucoup d’autres matin quand je suis au Niger, je me suis réveillée à 04h du matin pour réchauffer la pâte de mais et la sauce Gombo que j’ai spécialement cuisiné la veille pour les enfants et leur papa en prélude à cette journée consacrée au jeun et à la dévotion. Dans cet exercice, je n’ai ressenti ni sentiments d’infériorité, ni acte de soumission ou encore d’esclavage. Bien au contraire, j’ai remercié Dieu d’être dans un foyer ( beaucoup d’autres femmes n’ont pas Cette chance et espèrent que le ramadan prochain les trouvent dans des foyers) d’avoir des enfants ( nombre de femmes en cherchent par tous les moyens y compris les crimes et delits) et d’avoir de quoi servir ( des nombreuses familles de l’intérieur du terroir entament le jeun avec à peine du son de shorgo ou de la boule de mil frelatée de la veille)….

A force de recevoir de femmes et jeunes filles dans les locaux de Chroniques Juridiques, pour avoir beaucoup voyagé de par le monde j’ai compris qu’ aucune position professionnelle ne peut personnellement me combler plus que mon statut de mère et d’épouse :C’est mon choix personnel qui me correspond et me satisfait pleinement
Je comprends bien évidemment que d’autres femmes rêvent plus grand et à meilleure vie: je n’ai jamais été une femme ambitieuse: ma plus grande ambition c’est vivre assez longtemps pour assister au mariage de mes enfants et regarder les cheveux blancs de mon époux: c’étaient aussi les rêves de ma grand mère et de ma mère j’en conviens mais est ce un crime ?
Femmes émancipées d’Afrique de grâce arrêtez de faire croire à nos petites sœurs et nièces que cuisiner pour sa famille est un fardeau ou un acte de domination: c’est une passion pour nombre de femmes qui ont regardé leur mère servir leur père dans le respect et la tradition Africaine.
J’ ai un master de l’ENA de France outre mon diplôme de magistrature, j’ai plusieurs autres qualifications et distinctions mais je cuisine, je fais la vaisselle et je n’ai pas de domestiques pour servir mon époux et mes enfants à ma place…. c’est mon choix , je ne suis pas pingre , je suis pas radine, et j’ai encore moins honte de vouloir m’occuper moi même de mon trésor : MA FAMILLE !
Les Femmes émancipées d’Afrique, tout en vous félicitant pour le travail quotidiennement abattu ( je suis témoin de la nécessité et de l’impact de votre travail sur certaines mentalités rétrogrades ) pour libérer la femme Africaine des préjugés et pesenteurs socioculturelles( Beaucoup de filles sont victimes et ont besoin de votre combat qui est salutaire à bien des égards) mais arrêtez tout de même de faire croire que toutes les femmes ménagères sont malheureuses ou sont à plaindre. Nous sommes nombreuses à trouver notre bonheur et notre équilibre dans la cuisine et les travaux ménagers pour le bien-être de nos maris et de nos enfants!
Nous respectons votre compréhension des notions d’égalité et d’emancipation, à votre tour arrêtez d’influencer et rebeller des filles naïves et innocentes contre notre identité culturelle pour en faire des adeptes d’autres cultures !

Goge Maimouna Gazibo May Gazibo