Politique : entretien entre le président Bazoum et Premier ministre canadien Justin Trudeau

(Échos du Niger 22 novembre)En marge du 18e sommet de la francophonie, le président Bazoum a été reçu par le Premier ministre canadien Justin Trudeau. Les échanges entre les deux dirigeants ont porté sur la situation mondiale et sur les problèmes d’insécurité alimentaire et énergétique auxquels est confronté le monde et plus particulièrement la région du Sahel. Le Premier ministre Trudeau a adressé ses félicitations au président Bazoum pour son leadership dans la région du Sahel. Les deux hommes ont réaffirmé leur souhait de voir l’ordre constitutionnel être restauré dans les pays comme le Mali et le Burkina Faso. Le Premier ministre Trudeau a également souligné l’engagement du Canada à travailler aux côtés du Niger et des autres pays africains pour relever les défis mondiaux provoqués par l’invasion de l’Ukraine par la Russie. Il a annoncé une aide alimentaire au profit de tous les pays partenaires. Le président Bazoum a souligné l’importance de poursuivre les réformes pour assurer une croissance inclusive et durable qui profite à tous, et a rappelé son engagement en faveur de l’éducation des filles et de la lutte contre le changement climatique qui affecte particulièrement le Niger. Le Canada et le Niger entretiennent des relations commerciales, économiques et sécuritaires privilégiées. Le géant de l’énergie canadien Global Atomic vient de lancer les travaux de la construction de la mine d’uranium de Dasa. Le Canada est aussi aux côtés du Niger dans sa lutte contre les groupes terroristes.

Mawulolo Ahlijah

Diplomatie : « Le Niger ne compte pas rompre ses relations avec Moscou »

(Echos du Niger 16 novembre)Ce mardi 15 novembre, le ministre nigérien de la Défense Alkassoum Indatou a déclaré que le Niger comptait maintenir sa coopération militaire bénéfique avec la Russie. Cette déclaration a été faite à l’issue d’une rencontre avec l’ambassadeur de Russie au Niger, Igor Gromyko, accompagné du chef de la mission militaire russe au Niger. Les deux diplomates résident tous les deux au Mali voisin.
La rencontre s’est tenue en présence de plusieurs personnalités nigériennes notamment du secrétaire général du ministère de la Défense nationale et du chef d’état-major des armées selon les sources officielles. Les échanges ont principalement tourné autour du développement de la coopération bilatérale dans le domaine militaire.
Il faut rappeler que plus d’une centaine d’officiers nigériens ont bénéficié d’une formation en Russie au cours des dernières années. Dans la lutte que mène l’État nigérien contre les terroristes depuis 2015, plusieurs aéronefs utilisés par l’armée de l’air sont de fabrication selon les explications du ministre Alkassoum Indatou qui a estimé que cette coopération était bénéfique pour le Niger.

La présence militaire renforcée de la Russie en Afrique est très mal vue à Paris qui semble perdre petit à petit son pré carré sur le continent.

Mawulolo Ahlijah

Fin de l’opération Barkhane : La société civile jubile, mais s’inquiète de la suite

(Échos du Niger 10 novembre) Ce mercredi 9 novembre 2022, le président français Emmanuel Macron a annoncé la fin de l’opération Barkhane. Cette annonce a été faite dans une allocution au cours de laquelle le chef de l’exécutif français a défini la nouvelle politique de l’Élysée en matière de défense. « Nous lancerons dans les prochains jours une phase d’échanges avec nos partenaires africains, nos alliés et les organisations régionales pour faire évoluer ensemble le statut, le format et les missions des actuelles bases militaires françaises au Sahel et en Afrique de l’Ouest », a-t-il déclaré à cet effet. Dans les rues de Niamey et partout ailleurs au Niger, cette annonce a été favorablement accueillie particulièrement par les acteurs de la société civile et par les leaders de l’opposition. Depuis quelques mois, ces derniers ne cessaient de réclamer le départ des forces françaises installées dans le pays depuis leur départ du Mali voisin. Le M62, une organisation de la société civile a été parmi les premiers à se prononcer sur cette annonce. « Nous estimons qu’il s’agit d’un pas. Mais nous attendons de voir, car la France a ses manières de faire. Dire que l’on met fin à l’opération Barkhane est une chose, mais vous pouvez prendre des décisions pour simplement changer de nom et continuer les mêmes pratiques sous d’autres appellations ou d’autres opérations qui pourraient se dérouler en Côte d’Ivoire, au Bénin ou au Togo, pour continuer à agir pour déstabiliser le Sahel. » a déclaré Abdoulaye Seydou, le coordonnateur du M62.

Pour tournons la page qui est également une organisation de la société civile hostile à la présence française, cette annonce n’est qu’une ruse et l’ancienne puissance coloniale compte simplement changer de nom pour mieux rester dans le pays. Son coordonnateur a d’ailleurs affirmé que mettre fin à l’opération Barkhane n’est pas synonyme de départ des troupes françaises encore moins de fermetures des bases françaises.  À l’instar des leaders de la société civile, les leaders de l’opposition s’estiment satisfaits de l’annonce du président Macron, mais ont des doutes quant à l’avenir. La grande question est alors de savoir quelle opération la France compte mettre en place en lieu et place de Barkhane. Les prochains jours ou semaines nous le diront.

Mawulolo Ahlijah

Défense : L’Italie offre deux hélicoptères à l’armée nigérienne

(Échos du Niger 25 octobre)En visite au Niger en début de semaine dernière, le ministre de la Défense italien, Lorenzo Guérini a annoncé que son pays offrait aux Forces de défense et de sécurité deux hélicoptères militaires de type AB 412. « Dans le cadre de la coopération militaire entre nos deux pays, nous avons remis aujourd’hui deux hélicoptères au Niger. L’année prochaine, il y en aura deux autres », a déclaré le ministre italien de la Défense au sortir d’un entretien avec le président Mohamed Bazoum. Lorenzo Guérini qui était accompagné du chef d’état-major des armées, l’amiral Cavo Dragone s’est aussi entretenu avec son homologue Nigérien Alkassoum Indattou. La situation sécuritaire était au menu de ces différents échanges. La visite a aussi permis au ministre italien de s’enquérir des activités du contingent militaire italien opérant dans le pays. Il a salué la relation de coopération sur le plan sécuritaire qui existe entre les deux pays et a félicité les forces armées du Niger pour le travail « qu’elles accomplissent avec courage et professionnalisme ». Principale porte d’entrée des migrants en Europe, l’Italie a renforcé sa coopération sur le plan sécuritaire avec le Niger au cours de ces dernières années. Le Niger étant un pays de transit pour des centaines de milliers de personnes en route pour l’eldorado européens, une détérioration de sa situation sécuritaire déjà fragile pourrait avoir de graves conséquences sur tous les pays du bassin méditerranéen. En septembre 2017, L’Italie et le Niger ont signé un accord à Rome pour développer la coopération bilatérale en matière de sécurité et de défense. Rappelons que le Niger est en guerre depuis des groupes terroristes comme Al-Qaeda et l’État islamique à l’Ouest et au Nord et Boko-Haram au sud

Youssouf Sériba

Coopération militaire : Le Général Sani Katché Issa et une délégation de l’armée nigérienne au Benin

(Échos du Niger 30 septembre) Mutualiser les énergies et travailler en synergie pour affronter le défi sécuritaire et les menaces terroristes le long de part et d’autre des frontières, le Niger et le Bénin ne cessent d’y travailler. C’est d’ailleurs dans ce cadre, que le Général de brigade, Sani Katché Issa, attaché de défense du Niger accompagnés des Chefs divisions de l’Armée nigérienne s’est rendu en terre béninoise à Cotonou où, il a eu une séance de travail avec le Chef d’Etat-major général des Forces armées béninoises, le Général de brigade Fructueux Gbaguidi, le mercredi 28 septembre 2022. Durant les échanges, la formation du personnel militaire des deux armées a été un sujet de préoccupation discuté entre les deux hommes sachant que la capacité d’action et de réaction des armées s’avère un défi important dans la riposte aux menaces terroristes. Cette séance de travail fait suite à un récent séjour du ministre délégué chargé de la défense nationale du Bénin, séjour au terme duquel, un accord de coopération militaire a été signé. Mieux, elle constitue la toute première et devrait participer du renforcement des dispositions et clauses fondamentales de cet accord de coopération signé entre les deux institutions militaires à Niamey.

Oslo Chester WANOU

Défense : le Niger reçoit du matériel militaire américain

(Echos du Niger 28 sept)En fin de semaine dernière, Niamey a réceptionné de nouveaux équipements militaires offerts par les États-Unis dans le cadre de la lutte contre les djihadistes, indique le média français le Figaro en citant l’agence française de presse (AFP). D’un coût total de 13 millions de dollars soit environ 9 milliards FCFA, ce nouveau matériel est principalement composé de plusieurs types de véhicules notamment des blindés. Le ministre de la défense Alkassoum Indatou a indiqué que ce nouveau don était la preuve de la solidité des relations avec les États-Unis. Les équipements vont être destinés au centre d’entraînement des Forces spéciales anti-djihadistes situé à Tillia, dans la région de Tahoua. Cette région est notamment en proie à des attaques émanant de groupuscule affilié au groupe État islamique (EI) et à Al-Qaïda. Le matériel servira aussi à la formation des soldats nigériens engagés dans la mission des Nations unies au Mali. Le Niger et les États-Unis ont conclu un accord de coopération militaire depuis 2015. Cet accord prévoit que les deux pays collaborent activement pour mettre fin au terrorisme. C’est également dans le cadre de cet accord que plusieurs instructeurs militaires américains ont été déployé au Niger. Les États-Unis possèdent une base militaire au Niger d’où ils font voler des drones. Une autre base située à Dirkou serait gérée par la CIA et permettrait le lancement de drones militaires.

Mawulolo Ahlijah

Énergie : le Niger va bénéficier du soutien de l’agence marocaine de sûreté nucléaire

(Echos du Niger 7 septembre)En association avec l’Agence internationale de l’énergie atomique (AIEA), l’Agence marocaine de sûreté nucléaire veut partager son expérience avec les autres pays africains dont le Niger, et renforcer le savoir-faire du continent en matière de sûreté nucléaire. Cet appui qui vient à point nommé consistera du 5 au 16 septembre 2022 en des séries de sessions de formation visant à renforcer la capacité du continent dans l’utilisation des réacteurs nucléaires à des fins médicales et de recherche dans les meilleures conditions. Il s’agira en effet d’outiller les participants pour faire face aux dangers liés aux radiations nucléaires en vue de développer une infrastructure nucléaire sûre et efficace qui respecte les normes internationales. 32 représentants en provenance de 13 pays africains assistent à cette session. Les formations sont assurées par un panel de sept experts marocains et internationaux. Outre le Niger, des représentants du Bénin, du Burkina Faso, du Burundi, de la République centrafricaine, du Tchad, des Comores, de la République démocratique du Congo, de Djibouti, de la Guinée équatoriale, du Mali et du Togo sont arrivés à Rabat pour suivre cette formation. « La formation comprend des conférences et des ateliers sur les meilleures pratiques d’inspection des installations nucléaires. La partie pratique de la formation devrait avoir lieu dans les hôpitaux marocains », a affirmé Mounjib Zniber, le directeur de l’agence marocaine de sûreté nucléaire. Principal producteur d’uranium en Afrique, le Niger ne possède à ce jour aucune centrale nucléaire. Le pays s’est toutefois lancé depuis 2020 dans l’utilisation de l’atome à des fins médicales.

Youssouf Sériba

Diplomatie : Le président Bazoum et l’ambassadeur chinois discutent des grands projets en cours au Niger

(Echos du Niger 7 septembre)Le 5 septembre passé, le président Bazoum a accordé une audience à l’ambassadeur de Chine au Niger Jiang Feng. Au cours des échanges qui ont été particulièrement riches, les deux personnalités ont discuté des grands projets en cours au Niger grâce à la coopération avec l’empire du Milieu. Concernant le barrage de Kandadji, l’ambassadeur chinois s’est voulu rassurant en affirmant que la société chinoise chargée de la construction allait tout mettre en œuvre pour finaliser les travaux avant 2025. Il a également indiqué que le projet de la rénovation du stade général Seyni Kountché était en bonne voie. « Ce projet de rénovation figure désormais dans les 9 programmes de la coopération sino- africaine initiés par le président chinois lors de la 8e conférence ministérielle qui s’est tenue à Dakar au mois de novembre dernier », a-t-il indiqué. Abordant la question de l’insécurité alimentaire, Jiang Feng a annoncé que suite à une demande du président Bazoum, son pays allait faire un don d’environ 1000 tonnes de riz au Niger pour l’aider à faire face au déficit alimentaire. D’autres questions d’intérêts communs ont été discutées au cours des échanges entre le président Bazoum et le diplomate chinois. Pour rappel, la chine et le Niger sont des partenaires de longue date et ont noué des partenariats étroits dans de nombreux domaines.

Mawulolo Ahlijah

La Chine annonce 1000 tonnes de riz au Niger suite à une demande du président Bazoum

L’Ambassadeur de la République populaire de Chine au Niger, Jiang Feng s’est fait l’hôte du chef de l’Etat du Niger, Mohamed Bazoum hier lundi 05 septembre 2022. Au menu des discussions plusieurs sujets d’intérêt dont notamment, a volonté affichée de l’empire du milieu d’appuyer le Niger face à la soudure liée au déficit de la dernière saison agricole. Ainsi, le diplomate a annoncé une aide alimentaire de la Chine au Niger, nommément 1000 tonnes de riz. « Le gouvernement chinois a décidé de faire un don d’à peu près 1000 tonnes de riz au Niger pour l’accompagner à faire face au déficit alimentaire » a affirmé Jiang Feng, en réponse à une sollicitation du Président nigérien. C’était l’occasion pour le Chef de l’Etat et son hôte d’aborder d’autres chantiers en attente dans le cadre de la coopération dont, la rénovation du stade Général Seyni Kountché. « Ce projet de rénovation figure désormais dans les 9 programmes de la coopération sino- Africaine initiés par le Président chinois lors de la 8ème conférence ministérielle qui s’est tenue à Dakar au mois du Novembre dernier » a fait savoir le diplomate chinois. Le Quant au Barrage de Kandadji, «la société chinoise va déployer tous ses efforts pour accomplir ces travaux avant 2025 » a rassuré Jiang Feng. Durant cette visite, l’ambassadeur a transmis au Président Mohamed Bazoum les vœux de son homologue Chinois pour son anniversaire puis une note de gratitude de la Fédération nationale de la jeunesse de Chine pour la part importante prise par le président du Niger dans le forum mondial sur le développement de la jeunesse qui s’est déroulé en juillet 2022 en Chine. L’intervention du président du Niger audit forum a fait écho et tache d’huile auprès des participants, marqués par l’attachement du président Bazoum et son gouvernement à la promotion de la jeunesse. Pour finir, le diplomate a compris que les deux pays travailleront main dans main entant que nation de destin commun pour bâtir un avenir meilleur en vue d’une coopération Sino-Nigérienne et Sino-africaine plus profitables.

Oslo C. WANOU

Diplomatie : Le Niger va ouvrir un bureau de liaison à Tunis

(Échos du Niger 31 août)En déplacement à Tunis dans le cadre de la 8e session de la Ticad, le ministre des Affaires étrangères et de la Coopération du Niger, Hassoumi Massoudou, a indiqué que le Niger avait la volonté d’ouvrir dans un futur proche un bureau de liaison en Tunisie. Ce bureau devrait permettre au pays d’assurer les services consulaires à la colonie nigérienne, notamment les étudiants. En outre, il permettrait la prise en charge des ressortissants nigériens qui se dirigeront vers la Tunisie. A précisé le ministre. Le ministre des Affaires étrangères, de la Migration et des Tunisiens de l’étranger, Othman Jarandi, a pour sa part indiqué que son pays allait mettre tout en œuvre pour que ce bureau puisse voir le jour dans les meilleurs délais. Les deux ministres ont dans une communication conjointe affirmé qu’il avait examiné les moyens de développer la coopération bilatérale dans différents domaines, notamment le commerce, l’enseignement supérieur, la santé, l’infrastructure, outre le secteur bancaire. Le ministre tunisien a souligné l’importance d’intensifier la concertation entre les pays du continent en vue de tirer profit des opportunités économiques existantes dans différents secteurs, notamment ceux promoteurs et à valeur ajoutée, ce qui est à même de créer de larges perspectives devant la jeunesse, d’encourager l’initiative privée et d’appuyer les Start-ups en Afrique ». Le Niger et la Tunise sont tous les deux membres de la Oummah islamique et entretiennent d’étroites relations de coopération. Les deux organisations sont toutes les deux membre des organisations panislamique comme l’organisation de la coopération islamique (OCI).

Mawulolo Ahlijah

Sécurité : le Niger et le Burkina forment un front commun contre le terrorisme

(Échos du Niger 24 août) Dans une déclaration faite après une séance de travail avec son homologue du Burkina Faso Barthélemy Simporé dans le cadre de sa mission au Burkina entamée le lundi 22 août, le ministre de la Défense nigérienne a déclaré que les deux pays n’entendaient pas céder ne serait-ce qu’un seul centimètre de territoire aux groupes terroristes. Toujours pour parler de la question sécuritaire, Alkassoum Indatou s’est également entretenu avec le chef de l’État burkinabè, le lieutenant-colonel Paul-Henri Sandaogo Damiba. « Au-delà des opérations ponctuelles, nous envisageons de faire des opérations régulières et permanentes sur le terrain entre nos différentes forces armées pour permettre à nos forces d’occuper le terrain, de prendre le contrôle du terrain et qu’on ne puisse pas laisser un seul centimètre aux terroristes aussi bien au Niger qu’au Burkina », a déclaré le ministre nigérien. Dans un contexte où la menace sécuritaire semble s’étendre au pays du golfe de Guinée avec des attaques à répétition dans le nord Togo et dans le nord Bénin, le ministre nigérien a également indiqué que son pays et le Burkina se sont aussi engagés à travailler avec le Bénin pour plus de résultats probants au niveau des frontières entre les trois pays ». Rappelons que ces déclarations interviennent dans un contexte où le torchon brûle entre le Mali et la France. L’opération Barkhane vient d’ailleurs de quitter ce pays pour s’implanter au Niger qui devient ainsi le nouveau centre de la présence militaire française en Afrique. Cela fait maintenant plus de 10 ans que le terrorisme décime de nombreux pays ouest-africains.

Mawulolo Ahlijah

Agro: L’agence turque de coopération instale une ferme avicole au profit du groupement des femmes Mouradou Feri

(Les Échos du Niger 17 août)L’agence turque de coopération et de coordination plus connue sous l’acronyme TIKA (Turkish Cooperation and Coordination Agency) vient d’implanter une ferme avicole moderne à Niamey dans le quartier de Gorou Banda.

La ferme qui a été dotée de 1100 poulets, de 2 tonnes et demie d’appâts pour poulets, de vaccins et d’équipements supplémentaires s’inscrit aussi dans le programme de lutte pour l’émancipation de la femme nigérienne. La question de la femme qui bénéficie d’une attention particulière de la part du gouvernement nigérien a reçu le soutien de l’agence turque.

Le groupe de femmes Mouradou Feri qui a été sélectionné pour ce projet d’implantation de ferme avicole mène déjà des activités dans la production de moringa, de la pêche, de la poterie et de l’élevage de moutons et de chèvres. Elle sera chargée de la gestion de cette ferme avicole. Celle-ci leur a été remise par l’ambassadeur de Türkiye, Özgür Çınar au cours d’une cérémonie auquel a pris part le coordinateur de TİKA à Niamey, İrfan Pamuk.

L’ouverture de cette nouvelle ferme vient à point nommé dans un contexte où de nombreuses voix s’élèvent contre la vie chère dans la capitale économique du Niger. La multiplication de tels projets devrait permettre de baisser notamment les prix des œufs sur le marché.

Mawulolo Ahlijah

Coopération : La frontière entre le Niger et le Mali, toujours fermée

(Les Échos du Niger 1 août)Selon le média d’informations en ligne Maliweb, les frontières terrestres entre le Niger et le Mali seraient toujours fermées, près d’un mois après la levée des sanctions de la CEDEAO. Le site indique que les habitants de Gao qui avaient pris l’habitude de se ravitailler exclusivement par le Niger en raison de la très grande insécurité sur l’axe Bamako-Gao sont toujours dans la détresse.
Toujours selon ce média, dans la semaine du 24 juillet, tous les voyageurs qui essayaient de passer la frontière entre les deux pays ont été repoussés par les douaniers nigériens. Si cette information n’a pas été commentée par les autorités nigériennes, il faut souligner que la frontière entre le Mali et le Burkina Faso reste également fermée officiellement pour des raisons sécuritaires.
Les autorités du Niger et la junte qui se charge de la transition au Mali entretiennent des relations plutôt sulfureuses. Niamey a pris ses distances vis-à-vis de son grand voisin et allié historique au lendemain du second coup d’État mené par le général Assimi Goita.

Mawulolo Ahlijah

Coopération : L’Union Européenne annonce un don de 16,4 milliards de FCFA en faveur de l’armée nigérienne

(Les Échos du Niger 18 juillet) Ce 18 juillet 2022, L’Union européenne a annoncé une aide de 25 millions d’euros(soit un plus de 16,4 milliards de francs)à l’endroit du Niger. Cette somme devrait servir à renforcer la capacité des formes de défenses et de sécurité face à la menace terroriste qui ne cesse de grandir dans la région du Sahel et qui s’étend désormais aux pays côtiers. Les fonds ont été débloqués dans le cadre de la Facilité européenne pour la paix. Cet instrument sert de soutien militaire aux pays étrangers qui reçoivent des financements de la part des États membres de l’UE.

« L’objectif de cette mesure d’assistance est de renforcer les capacités et la résilience des forces armées nigériennes afin de leur permettre de défendre l’intégrité territoriale et la souveraineté du pays, et de mieux protéger la population civile contre la menace terroriste croissante », a indiqué dans un communiqué le Conseil de l’UE suite au déblocage de ce montant.

Une demande d’assistance avait d’ailleurs été introduite par le Niger au mois de mars. Depuis la fin de l’opération Barkhane au Mali, le pays s’impose de plus en plus comme le principal allié de la France et par ricochet de l’UE dans la région. Ce montant devrait servir plus précisément à financer la création d’un centre de formation de techniciens des forces armées et la construction d’une base opérationnelle avancée afin de réduire la vulnérabilité des forces armées dans la région de Tillabéri. 

« Le Niger joue un rôle majeur dans les initiatives visant à renforcer la paix et le développement au Sahel » a également indiqué le communiqué.

Mawulolo Ahlijah

Coopération : 10 milliards FCFA de la France pour contrer l’insécurité alimentaire au Niger

(Les Échos du Niger 18 juillet) Le Ministre des Finances Dr Ahmat Jidoud et la Ministre française de l’Europe et des Affaires étrangères, Catherine Colonna ont signé le vendredi 15 juillet 2022, deux conventions relatives à une aide budgétaire. Au nombre desdits accords, une aide budgétaire de 10 milliards de FCFA dont la moitié ira à la sécurité alimentaire afin de renforcer la résilience du Niger après les résultats déficitaires de la dernière saison agricole avec ses effets de crise alimentaire.
D’ailleurs, depuis une dizaine année, le pays vit une situation difficile quant à la sécurité alimentaire et ceci, du fait du changement climatique et des crises sécuritaires.

En réponse, le gouvernement a initié un plan de soutien grâce au Dispositif national de prévention et de gestion des crises alimentaires (DNPGCA) et a exhorté les PTFs en novembre 2021 à l’appuyer. Il y est prévu une distribution gratuite de céréales aux populations les plus vulnérables (3 millions de personnes), avec l’appui du Programme alimentaire mondial (PAM) et d’autres partenaires.
C’est dans ce cadre que s’inscrit de geste de générosité de l’AFD qui a apporté son soutien à l’initiative gouvernementale « les Nigériens nourrissent les Nigériens (3N) ». Pour le compte de 2022, la France a renforcé son appui en mobilisant au profit de la sécurité alimentaire au Niger, plus de 13 milliards de FCFA. 3,3 milliards de FCFA serviront au renforcement des finances publiques, 5,2 milliards de FCFA à la reconstitution des stocks nationaux de sécurité alimentaire pour des distributions gratuites de vivres et 1,3 milliard de FCFA au rétablissement des services essentiels dans les zones de conflit, via une dotation à la Haute autorité pour la consolidation de la paix (HACP).

Youssouf Seriba

Lutte contre le terrorisme : Le Bénin veut s’inspirer du Niger, un accord de coopération militaire signé

(Les Échos du Niger 12 juillet)« Le Bénin veut tirer profit de l’expérience du Niger, partager notre vision pour renforcer la sécurité entre les deux pays surtout au niveau du parc de W ». Ainsi s’est exprimé Alain Fortunet Nouatin, ministre délégué auprès du président de la république chargé de la défense nationale du Bénin qui a séjournée récemment au Niger dans le cadre d’une signature de convention de coopération militaire face au terrorisme. Il a été reçu par le Président de la République du Niger, Mohamed Bazoum, hier 11 juillet 2022 avec qui il a échangé sur l’expérience du Niger qui affiche une résilience concluante face au terrorisme.
Le ministre de la défense du Niger, Alkassoum Indattou et des hauts responsables militaires des deux pays ont pris part aux échanges. Le terrorisme sévit dans la sous-région ouest africaine depuis des années. Le Bénin en était à l’abri jusqu’en décembre 2020 où le pays a enregistré la première attaque dans la zone des trois frontières. Depuis lors, d’autres s’en sont suivies avec des pertes en vies humaines. La crise qui est devenue régionale a besoin d’une synergie d’actions selon le ministre délégué de la défense du Bénin, Alain Fortunet Nouatin. «Nous avons compris que cette bataille n’est pas la bataille d’un seul pays. Cela doit être une action de la communauté des pays qui sont secoués par le même phénomène, pour juguler la menace » a-t-il déclaré à sa sortie d’audience avec le président Mohamed Bazoum et a justifié : «Quand nous avons regardé tout autour de nous, le pays qui a une meilleure résilience, c’est le Niger ». Ainsi, le Bénin entend apprendre du Niger dans le souci de mieux réagir au phénomène terroriste auquel le pays est de plus en plus confronté. Selon le ministre de la défense nationale du Niger, Alkassoum Indattou, cet accord vient formaliser le cadre de coopération militaire entre le Niger et le Bénin. Il a salué ’intérêt qu’accorde ce pays à la coopération militaire avec le Niger. « Malgré les difficultés, le Niger est devenu un modèle, une source d’inspiration pour les autres pays confrontés à ce phénomène. Si aujourd’hui le Bénin a besoin de l’appui dans ce domaine, le Niger est disposé à aider ce pays frère. Le Niger est prêt à accompagner les autres pays pour renforcer leur résilience», a rassuré le ministre de la défense du Niger.
Oslo Chester WANOU

Sécurité : Deux ministres français attendus à Niamey le 15 juillet

(Les Échos du Niger 9 juillet) Le site d’information Médiapart citant l’état major français a annoncé que deux membres du nouvel exécutif de l’hexagone étaient attendus à Niamey le 15 juillet prochain. Il s’agit du ministre des Affaires étrangères et de celui des armées. Cette visite intervient dans un contexte de divorce total avec le Mali et alors que le Niger semble être devenu la nouvelle base des opérations antiterroristes dans la région sahélienne.

Si pour l’heure aucune annonce officielle n’a été faite par l’exécutif nigérien, il ne fait toutefois aucun doute que lors de cette visite la ministre des affaires étrangères française, Catherine Colonna et le ministre des armées Sébastien Lecornu auront à discuter avec leurs homologues nigériens des questions relatives au départ de la force Takuba du Mali.

Les autorités nigériennes craignent en effet une grave dégradation de la situation sécuritaire, particulièrement dans la région dite des 3 frontières. Cette dégradation pourrait avoir de sévères conséquences sur la situation sécuritaire dans certaines régions du Niger.

Le Niger comme les autres pays du Sahel fait face depuis plusieurs années au terrorisme islamiste. Le pays a renforcé sa coopération avec la France et les États-Unis pour mieux lutter contre les groupes affiliés à Al-Qaïda ou à l’État islamique. Ces deux pays possèdent des bases sur le territoire nigérien.

Mawoulolo Ahlijah

« Quand nous avons des difficultés, nous savons pouvoir compter sur la France » assure Hassoumi Massoudou, ministre d’Etat

En visite de travail Niger du 27 au 29 juin 2022, la secrétaire d’État française auprès de la ministre de l’Europe et des Affaires Etrangères, chargée du développement, de la francophonie et des partenariats internationaux, Chrysoula Zacharopoulou, a échangé le 28 juin 2022 à Niamey, avec le ministre d’Etat, ministre des Affaires Etrangères et de la Coopération, Hassoumi Massoudou. Ils ont ensemble animé une conférence de presse à laquelle ont pris part des membres du gouvernement. Occasion pour le ministre d’Etat de saleur le dynamisme de la coopération bilatérale et surtout la spontanéité de l’appui de la France au Niger.

L’axe France-Niger est dynamique. Quant à son avenir également, point de crainte. La France accorde une grande importance au Niger qui s’est pouvoir compter sur l’appui de la métropole. La preuve, nommée en mai dernier seulement, c’est la toute première destination en Afrique choisie par Chrysoula Zacharopoulou, secrétaire d’Etat. C’était l’occasion entre elle et les autorités nigérienne de revisiter la coopération bilatérale et surtout de lui insuffler un nouvel dynamisme. A l’occasion, « le fait que la ministre française vienne nous rendre visite pendant cette période-là est un signe important et évident d’amitié que nous apprécions à sa juste valeur », a reconnu Hassoumi Massoudou, ministre d’Etat, ministre des Affaires Etrangères et de la coopération. Elle s’avère en effet la marque d’une grande affection cette visite, vu le contexte sécuritaire délétère au Sahel et en Afrique de l’Ouest en général. Le Niger lui, affronte une série de crises car, en plus de la situation sécuritaire, il faudra souligner l’insécurité alimentaire du fait des facteurs climatiques et de la guerre en Ukraine, le renforcement des capacités de production agricole pour un rendement durable, l’accès à l’éducation en l’occurrence les filles et autres. Mais dans tout cela, il sait compter sur l’Hexagone, partenaire privilégié qui a toujours affiché une grande disponibilité à l’accompagner. «Dans la coopération multilatérale aussi, notamment auprès de l’Union Européenne, au niveau de la Banque Mondiale, et au Fonds Monétaire International, quand nous avons des difficultés, nous savons pouvoir compter sur la France », a témoigné le ministre d’Etat qui a poursuivi toujours à propos de la France, parlant des partenaires du Niger «Il faut le dire, c’est le premier ». A preuve, un engagement d’une enveloppe d’environ 276 milliards FCFA qu’a pris la France au Niger à travers Agence Française de développement (AFD). Cela n’inclut pas encore c’est l’appui budgétaire annuel et autres contributions. Au-delà de l’axe sécuritaire où elle fait beaucoup et qui est connu de tous, le France demeure donc très préoccupée par le développement holistique du Niger. A sa prise de parole, « Je suis très heureuse et très honorée d’être à Niamey pour mon premier déplacement sur le continent africain, depuis ma nomination en tant que secrétaire d’Etat», a affirmé Chrysoula Zacharopoulou. Quant aux différents défis, elle a témoigné du ferme engagement de la France de continuer par apporter son appui au Niger. « La bataille contre le terrorisme est un combat non seulement de la région du Sahel mais aussi une bataille internationale, globale. C’est pourquoi la sécurité et le développement sont au cœur de l’approche commune » a-t-elle déclaré. Cependant, « Les enjeux qui sont devant exigent de l’action, de la détermination et de la constance », selon elle. Ainsi, elle a salué le « volontarisme » des autorités du Niger engagées sur tous les fonts ainsi que l’unité patriotique pour combattre les différentes crises. « Depuis mon arrivée à Niamey (le 27 juin NDLR), j’ai pu constater que ce sont toutes les composantes de la société nigérienne qui sont engagées face à ces défis », a-t-elle confié, en voyant là, un important appui au partenariat axé sur trois piliers fondamentaux: la sécurité alimentaire, la lutte contre les effets du changement climatique et l’éducation. Consciente cependant des difficultés au Niger, elle a promis rendre compte à son retour afin que d’autres mesures soient prises en urgence et par l’anticipation car, « il y a une crise immédiate, il faut qu’on donne de réponse et penser à l’année prochaine en même temps » a-t-elle martelé.

Oslo Chester WANOU