Zinder, les femmes créent de la valeur ajoutée avec l’Alkaki

La production de Biscuits traditionnels, Alkaki est l’une des activités qui occupent les braves femmes du Damagraram. Vieille de plusieurs décennies, cette activité occupe nombre d’entre elles qui parviennent grâce à cela à joindre les deux bouts et à assurer leur autonomie. Elles ont avec le temps réussi à l’adapter localement en se servant désormais du niébé pour la fabrication. Elles bénéficient à cet effet du soutien du gouvernement et de ses partenaires.

Spécialisées dans la production du biscuit traditionnel , Alkaki, les femmes de la région de Zinder travaillent avec acharnement au quotidien pour faire fonctionner leurs unités de production qui leur permettent de subvenir à nombre de besoins, et même d’appuyer l’instruction de leurs enfants. Cette activité économique devenu plus rentable au fil des années, a fait de beaucoup de Zinderoise de femme financement autonome et créatrice d’emplois. Leur épanouissement constitue une solution pour un mieux-être social de leurs familles respectives et consacre une avancée dans la lutte contre la pauvreté croit savoir le gouvernement qui a tenu à leur apporter ce soutien en vue de les réconforter. En effet, à Zinder, l’autonomisation des femmes est principalement portée par des activités génératrices de revenus, lesquelles activités sont dominées par la fabrication du biscuit traditionnel Alkaki. De nombreuses unités de production artisanale de cette denrée prisée où la région de Zinder s’impose au Niger existent et elles sont principalement animées par les femmes qui tirent une importante partie de leur revenue. Grâce à leur passion créative elle innovent dans la production du biscuit Alkaki.

Alkaki, du blé au niébé une innovation de la créativité des productrices

Jadis, le biscuit Alkaki très pris à Zinder et les populations des autres régions du Niger voire les étrangers, est fabriqué à sa base de farine de blé. Mais face aux difficultés de stockage du niébé, l’Union Gamgi de la Région de Zinder qui travaillait déjà à la transformation du niébé, initialement avec l’appui de la SNV, puis du Prodex est parvenue à se servir du Niébé pour fabriquer du biscuit Alkaki, ce qui jusque-là, n’avait été jamais envisagé. Ce fut le début d’une révolution qui renforcera les potentialités des groupements de femmes. Au fait, le Niger déjà deuxième producteur de niébé, avec cette nouvelle découverte, parvient depuis lors, à mieux valoriser encore le produit en raison du grand intérêt du public consommateur pour le biscuit Alkaki.

Selon des sources, L’Alkaki à base du niébé est plus nutritif et a un goût très agréable, le goût du niébé. C’est très consommé et traditionnellement, il est offert en cadeau aux jeunes mariées. Toute chose qui augmente l’engouement autour de ce produit alimentaire. Selon les études scientifiques, fait à base du niébé, l’Alkaki concentre de nombreuses substances nutritives. Pour cause, le niébé est l’un des instruments de réalisation de la sécurité alimentaire. Il contient beaucoup de protéines (17 à 42 % selon des analyses de l’INRAN). Il a une teneur en protéine deux à trois fois plus grande que les céréales de base.
Il est riche en lysine, acide aminé essentiel qui manque dans la plupart des céréales. Sa teneur en glucides en fait un aliment très énergétique. Les différents gouvernements ne cessent d’ailleurs de montrer de l’intérêt pour la production de l’Alkaki à travers divers soutiens aux femmes productrices. C’est notamment le cas de l’ex première dame Lala Malika Issoufou qui a soutenu en son temps une grande entreprise de fabrication de ce biscuit. Et voilà encore la ministre Allahoury Aminata Zourkaleyni qui vient à nouveau de porter une attention particulière à cette activité de transformation, où excellent de nombreuses femmes à Zinder. Les différents appuis ainsi évoqués permettent aux femmes de développer davantage leur unité de transformation et renforcent leur capacité d’action. D’ailleurs, durant sa visite, la ministre a apprécié leurs efforts et s’est félicitée du fait que ces organisations constituées en unions et en fédérations, travaillent à atteindre de meilleurs résultats, ce qui renforce leur autonomie et apporte de la valeur ajoutée à la production locale. C’est des efforts qui méritent cependant d’être perpétuellement soutenus.

Oslo Chester WANOU

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :