Le Syndicat des Pharmaciens du Niger SYNPHANI célèbre la journée mondiale du pharmacien

©Les échos du Niger

Par Ismaël Bagoudou

C’était en présence du Secrétaire General adjoint du Ministère de la Santé Publique de la population et des affaires sociales, de la représentante résidente de l’OMS, de la vice-présidente du conseil National de l’Ordre des pharmaciens du Niger, des représentants des institutions de l’État, des représentants des corps diplomatiques, les repentants du corps enseignant de la faculté de médecine à l’UAM, des centrales pharmaceutiques des pharmaciens et plusieurs invités que le Syndicat des Pharmaciens du Niger (SYNPHANI) a célébré de la journée mondiale du pharmacien ce samedi 25 septembre 2021 à l’hôtel Radisson Blu Niger. Le thème retenu cette année est « Santé des populations : quels enjeux pour le Pharmacien ».

Dr Soumana Souna Soufiane président du SYNPHANI

« Cette journée dédiée au pharmacien, mettant en valeur l’apport de celui-ci dans le système de santé, constitue une occasion pour nous de promouvoir davantage le rôle et les missions du pharmacien auprès des populations dans notre pays » a indiqué le président du SYNPHANI Dr Soumana Souna Soufiane Ce dernier a fait savoir que « la profession pharmaceutique fait face à des défis majeurs au Niger. Il s’agit d’une part la pandémie de Covid-19 qui perturbe l’approvisionnement des officines pharmaceutiques rappelant la nécessité pour notre pays de placer la souveraineté pharmaceutique au cœur des priorités et d’autre part la Prolifération du marché illicite des médicaments et des produits QIF par insuffisance des ressources et la non application des textes en vigueur ».

Sabo Hassan Adamou SGA MSP/P/AS

« Depuis de nombreuses années, les pharmaciens figurent régulièrement parmi les professionnels de la santé les plus dignes de confiance. Les éducateurs, les scientifiques y figurent également….C’est qui est important c’est de garder à l’esprit que la confiance du public dans la pharmacie est importante que jamais. Pour cela, nous devons ensemble relever les nombreux défis auxquels nous faisons face avec professionnalisme, respect de la déontologie et de la législation en vigueur. Aussi nous nous devons de redorer l’image du pharmacien par plus d’engagements dans le domaine de la santé publique et la garantie d’un usage sécuritaire des produits de santé par les populations » a souligné M. Sabo Hassan Adamou Secrétaire General adjoint du Ministère de la Santé Publique de la population et des affaires sociales ayant présidé la cérémonie de lancement de la journée. La célébration de cette journée a été marquée par la présence de la représentante résidente de l’OMS au Niger Dr Anya Blanche.

Dr Blanche Anya représentante résidente OMS

«Pour l’OMS la pharmacie fait partie des domaines importants du système de santé qui doit rester viable au service de la santé Publique donc de l’intérêt général » a fait savoir Dr Blanche Anya.

L’organisation faîtière des pharmaciens qu’est le Conseil de l’Ordre des Pharmaciens du Niger (CNOP) a été représentée par Amsatougana Galy vice-présidente du CNOP qui n’a pas manqué d’étayer les prouesses réalisées par leur structure dans le cadre de la lutte contre la prolifération des médicaments de qualité inférieure ou falsifiés un an après son installation. Cette activité intervient dans le contexte de la crise sanitaire qui prévaut actuellement dans le monde entier. Au cours de la journée. Quatre panels ont été animés pour favoriser les échanges entre tous les acteurs du domaine notamment sur l’approvisionnement et ses contingences dans un contexte de crise sanitaire : cas du covid-19 animé par Dr Aouami Souleymane. Le second thème la pharmacie d’officine : les défis actuels et les perspectives d’avenir : défis structurels organisationnels et cognitifs qui a été animé Dr Abdou Souley Amadou.

Le troisième thème bases pratique de la méthodologie de recherche documentaire aminé par Dr Daouda Alhousseini et enfin phénotype de résistance des bactéries isolées à Walio Labo vis-à-vis des antibiotiques animé par Mounkeila Mousa. Notons qu’au cours de cette journée les pharmaciens ont échangé sur la facture certifiée de la DGI. Ces derniers ont soulevé plusieurs difficultés avec cette réforme qui selon eux entravent le bon fonctionnement des officines pharmaceutique.

La DST tient sa réunion annuelle de coordination sous le thème « contrôle frontalier en contexte de Covid-19. »

Par Youssouf Sériba

La réunion annuelle de Coordination de la Direction de Surveillance du Territoire (DST) a débuté ce mercredi 22 septembre sous le thème « contrôle frontalier en contexte de covid-12 ». Sous la conduite du Directeur de la surveillance du territoire Abdourahmane Alpha, cette rencontre réunie les responsables centraux de la DST, des responsables des directions départementales de la police stratégique dans le cadre de la lutte contre la migration irrégulière, les commandants de compagnies de contrôle mobile des frontières, les chefs de services régionaux et départementaux de la DST, les responsables des commissariats spéciaux de contrôle des frontières, et les chefs de poste de police frontalier.

Durant trois (3) jours, ces différents responsables de la DST, feront le point sur la surveillance du territoire à l’aune des défis sans cesse croissants engendrés par un monde en perpétuelle mutation. Cette année, les réflexions seront orientées autour des défis que présente la surveillance du territoire en contexte de covid-19. La pandémie « modifie les schémas de mobilité, de commerce ainsi que le régime d’immigration et de gestion des frontières » a indiqué le Directeur Général de la Police Nationale le Commissaire Souley Boubacar qui a présidé la cérémonie d’ouverture de la réunion.

Commissaire Boubacar Souley Dgpn

« Nos travaux devront être l’occasion d’éclosion et de promotion de réflexions axées sur l’ensemble de thématique inscrites au programme pour un accomplissement exemplaire de nos missions » a souligné de son côté le Directeur National de la surveillance du territoire dans son allocution au cours de la cérémonie. L’Organisation Internationale de Migration (OIM), partenaire stratégique de la DST était présente à cette réunion dont elle a appuyé le financement avec d’autres partenaires de la DST. Sa cheffe de mission Barbara Rijsk a souligné toute l’importance de cette réunion dans le contexte actuel. « La surveillance du territoire représente de nos jours un enjeu prioritaire pour de nombreux pays du Sahel en général et pour le Niger en particulier » a-t-elle rappelé Notons que cette réunion sera assortie de l’élaboration d’un nouveau mécanisme garantissant un meilleur contrôle frontalier accompagné de la collecte et tenue de statistiques migratoires.

La Fondation Noor de la première Dame Mme Bazoum Hadiza lance ses activités sous l’étendard de l’Odd N°4. (Éducation)

Par Youssouf Sériba

La première Dame du Niger

C’est à travers la traditionnelle récompense Nationale du mérite dans le système Éducatif ‘’Prix de l’Excellence et du mérite’’ que la Fondation Noor de la première Dame Mme Bazoum Hadiza a procédé ce jeudi 2 septembre au lancement officiel de ses activités dans le prestigieux Centre International de Conférence Mahatma Gandhi de Niamey.

Organisation apolitique à but non-lucratif, la Fondation Noor ‘’Bâtir pour le bien-être social’’ s’est donné pour but de contribuer à l’atteinte des Objectifs de Développement Durable (Odd) au Niger. Elle entend pour cela accompagner le gouvernement dans la mise en œuvre de son plan de Développement Économique et Social (Pdes). Pour donner sens à cet engagement, la Fondation de l’épouse du président de la République a inscrit sa toute première activité dans le champ de l’Odd N°4 (l’Éducation), qui constitue avec la sécurité les principales priorités des nouvelles autorités du pays. Ceci est une manière pour la Fondation Noor « de prouver tout son engagement pour le développement du capital humain au Niger » a indiqué la première Dame.

Lauréats du prix de l’excellence niveau primaire

Mme Bazoum Hadiza n’a pas manqué de rendre hommage à l’ex première Dame Hajia Aissata Issoufou qui a initié le ‘’Prix de l’Excellence et du mérite’’ qui est à sa 11e édition ce jeudi 2 septembre. Pour sa part, le ministre de l’Éducation National Dr Rabiou Ousman a souligné le bien-fondé du ‘’Prix de l’Excellence et du mérite’’ qui vise à « encourager les scolaires dans leurs efforts d’apprentissage à fin de devenir des cadres compétents et de haut niveau dont le pays a besoin en cultivant le goût de l’effort auprès d’eux et de leurs enseignants » a souligné le ministre de l’Éducation nationale.

Ministre de l’éducation nationale Rabiou Ousman

Pour cette 11e reddition du ‘’Prix de l’Excellence et du mérite’’, ils sont au total 204 élèves du primaire, du secondaire et des centres de formation professionnelle de niveau moyen et supérieur primés et avec eux quelques 24 enseignants qui se sont illustré dans l’innovation. Parmi les lauréats du CM2, c’est Roukayatou Siddo de l’école Kouara Tegui 1 de Tillabéry qui s’est illustré au classement National des performances avec une moyenne de 9,95/20 ; pour les examens du BEPC, c’est Soumaya Saminou Allassane du Csp Tagora d’Agadez qui rafle le premier Prix avec une moyenne de 18,06/20; Adamou Hamza Mahamadou de la région d’Agadez en filière hôtellerie décroche de son côté le premier Prix à l’examen du BEP avec une moyenne de 16,97/20 et pour les examens du CAP, c’est Oumarou Djibo Boubacar de la région de Dosso en électricité Bâtiment qui trône le classement National avec une moyenne de 16,83/20. Les récompenses ont également concerné les Écoles de formation artistique et culturelle (Efac) dont le lauréat est Anass Maigarké Tchibaou de l’Efac Doutchi (région de Dosso) avec une moyenne de 17,36/20.